Institut national du professorat : des milliers de futurs enseignants formés depuis plus d’un siècle

**Article paru dans le R.L. du 10 août 2023

École normale, IUFM, Espe. Les appellations changent, la fonction de formation des enseignants demeure. Situé rue de la Victoire à Montigny-lès-Metz, l’Institut national supérieur du professorat et de l’éducation de l’Université de Lorraine a accueilli des générations de futurs professeurs des écoles. Retour sur l’histoire de cette école séculaire.

Difficile de dire [*combien d’enseignants ont été formés rue de la Victoire à Montigny-lès-Metz.*] Les bâtiments abritaient la 3e École normale de France, après celle de Strasbourg (1810) et celle de Bar-le-Duc (1820). Située depuis 1822 au château de Helfedange entre Fouligny et Faulquemont, l’école de formation est passée, de 1832 à 1881, par le 9 rue Marchant à Metz. En 1871, elle devient l’École normale des Allemands. Le Leherrseminar zu Montigny bei Metz, situé Vogteistrasse (l’actuel Institut national supérieur du professorat et de l’éducation ou Inspe), a été érigé par le gouvernement impérial allemand de Guillaume II en 1910. Il a été remis par le Bürgermeister Steinmetz de Montigny au Statthalter du gouvernement impérial dans le Reichsland d’Alsace-Lorraine.

Une construction de 1 290 m²

Dès la fin du XIXe siècle, la construction d’une École normale est envisagée. Elle doit recevoir 120 élèves-instituteurs. Le plan est arrêté en 1906 avec gymnase, jardin botanique pédagogique, serre… Le rez-de-chaussée couvre 1 290 m², contient salles de classe, intendance, réfectoire. Le 1er étage accueille, entre autres, salle de musique, salle de piano, salle de violon, salle pour orgues, salle de dessin et une bibliothèque. Le dernier est consacré aux dortoirs et aux logements pour enseignants.
Une construction de 1 290 m²
Dès la fin du XIXe siècle, la construction d’une École normale est envisagée. Elle doit recevoir 120 élèves-instituteurs. Le plan est arrêté en 1906 avec gymnase, jardin botanique pédagogique, serre… Le rez-de-chaussée couvre 1 290 m², contient salles de classe, intendance, réfectoire. Le 1er étage accueille, entre autres, salle de musique, salle de piano, salle de violon, salle pour orgues, salle de dessin et une bibliothèque. Le dernier est consacré aux dortoirs et aux logements pour enseignants.
L’inauguration officielle a eu lieu le 19 juin 1911 par le comte de Wedel avec, à ses côtés, le premier directeur, le Dr Broichmann. [*La première promotion est entrée le 22 octobre 1910.*] Depuis, ces bâtiments ont accueilli [*des milliers de futurs instituteurs et professeurs des écoles*] avec l’ambition d’apprendre aux enfants comment lire, écrire et calculer. On demandait aux maîtres de développer dans le cœur de leurs élèves le germe de la vertu, tâche difficile puisqu’elle change de visage au rythme du changement des institutions.

Une fresque cachée pendant des décennies

La fresque Muses filles de mémoire institutrices divines du hall d’entrée, peinte par G. Schirmann en 1947, a été débarrassée, il y a une quinzaine d’années, de la toile qui la dissimulait au regard de tous pendant des décennies. L’artiste était professeur de dessin dans cette école de 1933 à 1939. Il avait fait les Beaux-Arts à Paris et était élève de Devembez. C’est en 1947 qu’il peint cette fresque. Malheureusement, un des directeurs, sans doute trop prude, imposa qu’elle soit cachée au regard des élèves, pourtant majeurs.

Navigation

AgendaTous les événements

juin 2024 :

Rien pour ce mois

mai 2024 | juillet 2024

Annonces